A quand les villes nouvelles à Madagascar?

D’après la lettre de Politique Nationale d’Aménagement du Territoire, plus de la moitié de la population de Madagascar sont concentrés sur 13% du territoire qui sont constitués par les Hautes Terres et la façade orientale. Ce document affirme également que les sols aménageables (pente inférieure à 15%)  sont estimés à 90% de la superficie totale de Madagascar, alors que moins de 30% sont exploités. Les terrains vides et inexploités occupent ainsi la grande partie de notre pays.

Les centres urbains enregistrent une très forte concentration de la population. Le cas d’Antananarivo est particulièrement inquétant. Force est en effet de constater qu’Antananarivo, la Capitale de Madagascar est actuellement saturée. L’agglomération d’Antananarivo compterait actuellement plus de 3 millions d’habitants, avec un taux de croissance urbaine de 4,6% et plus de 100 000 migrants annuellement. A ce rythme, la population doublera facilement d’ici 15 à 20ans.

La création de nouvelles villes s’avère maintenant la meilleure solution, non pas forcement pour prendre la place de la Capitale mais afin d’avoir de nouveaux pôles d’équilibre pouvant accueillir différentes activités et surtout produire de nouvelles zones d’habitation. Ces nouvelles villes permettront ainsi de réduire cette saturation d’Antananarivo tout en améliorant les conditions de vie des futurs habitants.

Dans mon billet intitulé Antananarivo en 2050, des projets fictifs de rénovation urbaine et de restructuration de quartiers ont été développés avec l’aide des étudiants de l’Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo. Les trois projets suivants (fictifs toujours) ont été élaborés avec d’autres étudiants du même Institut et dont je tiens à remercier ici pour leur franche collaboration. Cette fois, il s’agit plutôt d’envisager la création de nouvelles villes sur des vastes superficies encore vacantes situées à plusieurs kilomètres de la ville actuelle.

Projet de création d’une nouvelle ville sur la RN4

Un vaste territoire dénudé existe entre Amboasary et Andohala au Nord-ouest d’Antananarivo. Cette zone est prête à accueillir toute une ville préalablement planifiée dénommée Soa Vao.

carte

Elle englobera plusieurs types de zones tels que : des zones boisées, une zone agricole périurbaine, une zone commerciale, un complexe sportif, une zone administrative, une logistique pétrolière, une gare routière, etc.

zonage.jpg

Les zones d’habitation seront réparties en quartiers résidentiels formés uniquement de  villas de luxe, et en d’autres quartiers où seront construits de nombreux immeubles dont certains seront destinés aux logements sociaux. Chaque immeuble comportera quelques dizaines d’appartements dont la taille variera en fonction des besoins des ménages. Tous ces bâtiments seront entourés par des espaces verts et des zones boisées.

habitation3.jpg

Le campus universitaire de cette nouvelle ville pourra accueillir des milliers d’étudiants issus de toutes les régions de Madagascar, voire des pays étrangers. L’université comprendra plusieurs départements dont un qui ambitionne de devenir la plus  grande Ecole des Sciences Agronomiques de l’Afrique australe.

campus.jpg

La gare routière qui sera construite en périphérie de la ville respectera les normes en la matière. Seuls les bus dont la date de première mise en circulation ne dépasse pas dix années pourront desservir cette ville et assureront donc sa liaison avec Antananarivo et les autres Régions de Madagascar.

gare_routière.jpg

Cette ville se distinguera par l’existence d’une station d’épuration qui collectera toutes les eaux usées de l’agglomération avant leur évacuation dans un bassin tampon. Un système de recyclage des eaux est également envisagé, et les eaux recyclées serviront ensuite à l’irrigation des zones agricoles et à l’entretien des espaces verts.

Projet de création d’une nouvelle ville sur la RN3

Tout comme le projet précédent, cette deuxième ville nouvelle sera créée sur une vaste zone quasi-vièrge mais cette fois sur la RN3. Cette ville sera reliée aux autres districts d’Analamanga par un réseau de tramway et d’autoroute qui encerclera le Grand Tanà. D’autres nouvelles villes verront le jour le long de cette grande voie de contournement.

carte2.jpg

La ville sera subdivisée en plusieurs secteurs allant des zones d’habitation jusqu’aux zones industrielle et commerciale sans oublier la zone administrative. Sa particularité  réside dans la présence d’un grand lac artificiel qui sera créé au milieu des gratte-ciels en Centre Ville.

zonage2

Le Centre ville sera ainsi marqué par des gratte-ciels qui abriteront des bureaux, des centres commerciaux mais aussi des appartements d’habitation. Les villas individuelles sont donc ici rares.

futura5.jpg

Cette ville sera également pourvue d’une zone industrielle. Située un peu à l’écart du Centre ville, cette zone sera destinée à l’implantation de quelques unités industrielles dans les domaines de la nouvelle technologie, de l’informatique et du BTP.

usine

Cette ville disposera d’une université spécialisée dans les domaines de la haute technologie. Les bâtiments de l’université seront ainsi conçus spécialement à cet effet.

equipement

Projet de création d’une nouvelle ville sur la RN2

Un site situé dans l’Avaradrano accueillera cette troisième ville nouvelle qui sera considérée comme un nouveau pôle logistique d’Antananarivo. Ce site a été choisi pour plusieurs raisons dont principalement sa proximité avec la route nationale actuelle, la présence du réseau ferroviaire ainsi que d’un fleuve qui fera l’objet d’un projet particulier d’aménagement et de valorisation.

zonage_2_A_bola.png

Cette troisième nouvelle ville se différencie des deux autres villes précédentes par la construction d’une gare ferroviaire qui se caractérise par ses grands bâtiments à architecture contemporaine dignes d’une très grande ville moderne. Cette gare sera non seulement la porte d’entrée de la ville mais aussi son poumon économique.

gare_2_A_bola.png

Il s’agira d’une plateforme multimodale dont la chaîne intermodale d’approvisionnement des biens s’appuie grandement sur les camions pour la desserte locale, au début et à la fin de la chaîne logistique. La gare aura une capacité d’accueil de cinq trains par jour et emploiera plus de trois cent personnes. Elle disposera de 24 hangars de stockage de dimension 16 m x 14 m chacun, pouvant abriter 288 conteneurs de 2,5 x 5m.

gare_6_A_bola.png

En ce qui concerne les zones d’habitation, 128 parcelles de terrains constructibles seront créées dont la superficie varie de 480 à 1050 m². Les maisons ne seront pas uniformes et le coefficient d’emprise au sol ne doit pas dépasser 40%.

habitation_A_bola5.png

L’autre particularité de cette ville concerne son approvisionnement en électricité. Un vaste parc solaire sera installé dans sa partie orientale pour alimenter l’ensemble des infrastructures publiques et les maisons d’habitation.

centrale1.png

Ce sera une ville moderne munie d’un grand centre culturel et de loisirs ainsi que des bâtiments scolaires fonctionnant avec de l’énergie solaire et d’un grand espace vert rendant son environnement très agréable à vivre.

centre_loisir

Publicités

7 réflexions sur “A quand les villes nouvelles à Madagascar?

  1. Bonjour Rasamy! une autre initiative qui mérite dêtre mentionnée! Comment conjuguer la compétence communales (Loi organique 2014-018 du 12 septembre 2014) avec un vrai tourisme durable impliquant les Communes urbaines et rurales!!

    J'aime

    • Bonjour! Bonne réflexion. Le développement du tourisme durable doit également figurer parmi les thèmes à traiter lors des séances de renforcement de capacités des autorités communales.

      J'aime

      • Le tourisme local, figure dans les compétences communales. Ne pas trnasformer les Communes en spécialistes du tourisme mais les faire comprendre la transversalité de ce secteur très sensible avant tout, et d’inclure dans leurs plans locaux de développement des mesures d’accompagnement comme l’embellissement des villes, la gestion des ordures ménagères, l’accès aux soins, l’éducation de la communauté, entretien et maintenance des pistes, routes d’accès dans les sites touristiques. Les ressources figurent aussi dans la Loi 2014-020. Il faudrait que les Taxes de nuitées soient versées dans un sous-compte affecté et dédié pour la contribution des communes dans le secteur. Ne pas oublier que les Communes gèrent de proximité, donc les emplois créés, les impôts et taxes diversent contribuent au développement économique durable de ces collectivités.
        Nous allons voir avec le Ministère en charge du Tourisme ainsi que les acteurs ONTM et divers pour cette rationnalisation et optimalisation du secteur.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s