IST Tanà, la filière BTP se modernise

L’Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo fait partie des quelques établissements d’enseignement supérieur ayant bénéficié d’un appui considérable dans le cadre du projet FORMAPRO BTP. Ce projet consiste en la modernisation des dispositifs de formation aux métiers du BTP à Madagascar. Financé par l’Agence Française de Développement, ce projet est géré par le Centre National Emploi-Formation (CNEF) BTP que ce soit sur le plan technique, pédagogique  ou financier.

Le projet ambitionne entre autres de contribuer à la qualification de la main d’œuvre sur les métiers de base du génie civil et du BTP et à l’amélioration de la productivité des entreprises du secteur BTP. Parmi les 12 Résultats attendus du Projet figure le renforcement des dispositifs techniques et des matériels de formation autour du Département du Génie Civil de l’IST Tanà et de l’ESPA.

Renforcement des parcours en aménagement et l’urbanisme

L’IST Tanà a depuis quelques années ouvert au sein de son Département du Génie Civil, deux parcours relatifs à l’urbanisme. Il s’agit respectivement du parcours « Urbanisme et Aménagement » pour le niveau Licence, et le parcours  » Aménagement et Génie Urbain » pour le niveau Ingénieur de grade Master.

IMG_E1743

Entrant dans le cadre du projet FORMAPRO BTP, des enseignants chercheurs de ces deux parcours ont récemment pu suivre des stages de formation à l’IUT de Sénart Fontainebleau, Université Paris Est Créteil, mais aussi à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris. Un enseignant a également suivi un stage de recherche au Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions de l’Université Paul Sabatier de Tolouse III.

Deux salles et un amphithéâtre réhabilités

Outre le renforcement de capacités des enseignants chercheurs, des gros travaux de  réhabilitation de trois salles spécialisées, à savoir un amphithéâtre, une salle de modélisation numérique et un laboratoire de topographie et d’imagerie numérique ont également été réalisés par le projet FORMAPRO BTP.

IMG_1744.jpg

Pouvant accueillir une centaine d’étudiants, ce mini-amphithéâtre est non seulement totalement rénové mais en même temps doté d’un kit complet de visio conférence comprenant une sonorisation, deux vidéo projecteurs et deux écrans géants. Cette salle servira en même temps pour d’éventuels cours à distance octroyés par des enseignants chercheurs issus des universités partenaires de l’IST Tanà en Europe ou ailleurs.

Les deux autres salles ont également fait l’objet d’une rénovation complète dont l’une servira dorénavant de Laboratoire de Topographie et l’autre pour la Modélisation numérique. Cette dernière salle est équipée de deux ordinateurs portables et d’une quinzaine d’ordinateurs serveurs munis chacun de logiciels d’enquête sphinx et de Système Information Géographique.

IMG_E1777

De nouveaux matériels à la pointe de la technologie

Les appuis du projet sont particulièrement importants dans le renouvellement des matériels techniques et pédagogiques du Département du Génie Civil de l’IST Tanà. Ces appuis concernent plusieurs domaines tels que la Cartographie, l’Imagérie numérique, la Topographie, le Traitement des données et la Modélisation 3D.

IMG_E1747.JPG

Grâce à ce projet, l’IST Tanà dispose actuellement de deux drones professionnels qui rendront possible la réalisation de meilleures photogramétrie et orthophoto. Ces outils fourniront ainsi des supports cartographiques actualisés en vue d’analyser par exemple l’évolution de l’urbanisation sur un territoire donné.

La modélisation 3D ne restera plus au stade d’une théorique au sein de l’Institut grâce à une imprimante 3D avec ses consommables ainsi qu’un scanner 3D pour les différents types de présentation de rendus de travaux.

IMG_1756.JPG

Concernant la topographie, le nouveau laboratoire vient d’acquérir un kit complet GNSS 6G, deux télémètres laser, une station totale, et deux kits de talkie walkies. A ces matériels s’ajoutent les logiciels originaux COVADIS et ARCGIS. Ces matériels permettront entre autres  de faire des levés précis dans la mise en oeuvre de projets urbains.

Une cérémonie d’inauguration de ces salles et matériels a eu lieu ce jeudi 07 février 2019 au sein de l’IST Tàna sous le patronage de Madame La Ministre de l’Enseignement supérieur et de Madame l’ambassadeur de France à Madagascar.

IMG_1765.JPG

Publicités

Où passer la nuit à Andasibe?

Andasibe est l’un des sites touristiques les plus visités de Madagascar. Cela est dû principalement au fait qu’il s’agit du plus grand parc national le plus proche de la Capitale. La visite d’Andasibe demeure ainsi une option première pour la plupart des touristes qui séjournent dans la Grande île et incontournable pour ceux qui choisissent l’axe Est.

Des billets ont déjà été consacrés aux sites écotouristiques à visiter à Andasibe. Cette fois, je vous invite à prendre connaissance de quelques lieux d’hébergement où vous pouvez passer la nuit tranquillement dans et/ou en périphérie immédiate de la forêt d’Andasibe.

Vakôna Forest Lodge 

Vakôna hôtel est déjà connu non seulement comme l’un des plus beaux mais aussi des plus anciens établissements hôteliers d’Andasibe. Situé à 9 kilomètres de la RN2 à partir de la bifurcation vers le parc, l’emplacement de cet hôtel de luxe a été choisi judicieusement. Vous séjournerez ici au milieu d’une zone forestière plus ou moins isolée du reste du pays.

IMG_1645.JPG

Vakôna forest lodge se distingue par l’architecture de ses bungalows et notamment celle de son grand restaurant construit sur pilotis et doté d’une vaste véranda et des baies vitrées donnant directement une belle vue sur un lac. Tout autour de chacune de ses infrastructures d’hébergement et d’accueil, vous verrez uniquement une végétation luxuriante composée de gros arbres, de plantes ornementales mais aussi d’une myriade d’espèces végétales parfois endémiques.

IMG_1627.JPG

Outre ses nombreux bungalows, Vakôna propose également à ses clients une multitude d’activités de détente, de loisirs et de découvertes, à l’instar d’une piscine, d’un hammam et d’un parc zoologique privé. Le standing de l’hôtel fait qu’il est surtout destiné à une certaine catégorie de clientèle, les prix étant relativement élevés que ce soit pour la restauration ou l’hébergement.

IMG_1633.JPG

Andasibe hôtel

Tout comme Vakôna, Andasibe hôtel n’est plus à présenter pour les visiteurs d’Andasibe. Son ancienneté et les meilleurs services qu’il a su garder tout au long de son existence, ont fait que cet hôtel trois étoiles est également  très recommandé par les guides de voyage ayant une certaine notoriété au niveau mondial.

IMG_E1359.JPG

Situé juste à environ 3 km de la RN2, les bungalows de l’hôtel sont érigés sur une colline d’où vous pourrez avoir une vue panoramique sur une partie de la forêt d’Andasibe. A la fois spacieux et confortables, les bungalows sont en même temps munis chacun d’une terrasse privative, d’un salon, d’une TV satellite, d’un minibar voire d’un petit jardin. Le wifi est surtout disponible dans le restaurant.

IMG_E1362.JPG

Outre le restaurant qui met en avant la cuisine du monde, l’établissement possède  également d’autres infrastructures qui ont été spécialement aménagées pour la grande satisfaction de ses clients tels qu’un grand chalet construit sur pilotis au milieu d’un petit lac, les salles de massage et la piscine, sans oublier d’autres activités de loisirs comme les kayak ou le billard. La nuitée coûte également ici relativement chère.

IMG_E1353.JPG

Analamazaotra hôtel

Contrairement aux deux hôtels précédents qui peuvent être considérés comme luxueux, les infrastructures d’hébergement d’Analamazaotra hôtel sont relativement simples mais toujours confortables.

Situé à 200 mètres seulement de la route nationale et à cinq minutes de l’entrée du parc national, Analamazaotra Hôtel propose à ses clients son restaurant pouvant accueillir 80 convives et ses 10 bungalows érigés autour d’un jardin et d’une piscine. L’entretien du jardin nécessite quand même un peu plus d’effort de la part du propriétaire du lieu.

IMG_1587

Vous avez ici le choix entre les bungalows double et les bungalows familiaux standards. A l’intérieur de ces bâtiments, vous entendrez dès la crépuscule et plusieurs fois pendant la journée, les trois types de cris émis par les Indri indri, les lémuriens emblématiques du parc d’Analamazaotra, à savoir les cris de communication, les cris de défense et les cris d’amour. L’accès Wifi est possible uniquement dans le restaurant. L’hôtel pratique une réduction assez conséquente des prix pendant la basse saison touristique.

IMG_1595.JPG

Andasibe forest lodge

Si les trois hôtels cités précédemment se trouvent du côté gauche de la RN2, Andasibe Forest Lodge est quant à lui situé du côté droit, soit du côté opposé du parc mais juste à quelques minutes de celui-ci.

L’hôtel dispose divers types de bungalows pouvant satisfaire différentes catégories de clients. Ses bungalows au toit de chaume  sont très caractéristiques de la Région. Ces bungalows entourent un petit étang dans lequel se dressent quelques arbres dont le fameux Ravinala ou arbre des voyageurs. Cet endroit est très recommandé pour ceux qui cherchent à la fois la simplicité, le confort et la sérénité.

IMG_E1320.JPG

Outre les chants des Indri indri que l’on entend également ici, l’on apprécie particulièrement depuis la terrasse privative des bungalows les spectacles offerts par les oiseaux comme les martins-pêcheurs perchant dans le petit lac.  Le wifi fonctionne dans les bungalows. Outre le repas savoureux proposé par son restaurant, cet hôtel affiche pour le moins un très bon rapport qualité prix.

IMG_E1323.JPG

P.S: Ces quatre établissements ne sont pas forcement les meilleurs hôtels d’Andasibe, ils sont pris ici seulement à titre d’exemple. De nombreux autres hôtels et restaurants s’y sont implantés, dont certains n’ont ouvert leurs portes que récemment.  Le choix y est donc multiple pour le grand plaisir des visiteurs.

Deux nouveaux hôtels à Toamasina et Foulpointe

Comme à son habitude, le blog de Rasamy continue d’informer ses lecteurs  de l’existence non seulement de nouveaux sites touristiques à visiter à Madagascar mais aussi de nouveaux établissements hôteliers qui méritent d’être connus par les touristes étrangers, les vacanciers nationaux et les businessmen. Voici donc deux hôtels qui ont récemment ouvert leurs portes dans la Région Atsinanana, plus précisément dans la ville de Toamasina et à Foulpointe.

The Streamliner, un Hôtel de luxe

Toamasina vient de se doter d’un grand établissement hôtelier qui a complètement changé le visage du quartier de Tanamakoa, à savoir The Streamliner Hotel. Il s’agit d’un « Hotel – Apartment » quatre étoiles mettant donc à la disposition de ses clients tout un appartement haut de gamme. L’hôtel ciblerait particulièrement les cadres supérieurs d’entreprises, les hauts fonctionnaires et les businessmen en vacances ou en voyage d’affaires à Toamasina.

IMG_1265.JPG

Les clients de l’hôtel ont le choix entre trois différentes catégories d’appartement. Outre la ou les chambre(s) à coucher, chaque appartement est muni d’une salle de séjour, d’une kitchenette, d’un balcon privé, d’une salle de bain à l’italienne, d’une climatisation individuelle, d’une Télévision satellitaire, d’un coffre-fort, d’un téléphone direct, de Wifi et connexion filaire.

IMG_E1275

La kitchenette à l’américaine est déjà équipée de tout ce qu’une famille pourrait avoir besoin pendant son séjour (ustensiles de cuisine, réfrigérateur, fours, …). Un lave-linge est même disponible dans l’appartement.

IMG_1269.JPG

Au niveau des étages supérieurs, les baies vitrées offrent à partir des chambres une vue imprenable sur l’ensemble de la ville. La vue panoramique nocturne du plus grand port de Madagascar sur la terrasse du sixième étage est particulièrement saisissante.

IMG_1302.JPG

Cet hôtel de haut standing propose également d’autres activités telles que la piscine hors-sol, une salle de sport, sans oublier le SPA. Le grand immeuble abrite en même des boutiques et un DAB ainsi qu’un restaurant. Ce dernier qui porte le nom de  « Toque Restaurant » met en avant une cuisine gastronomique. Le petit-déjeuner y est offert pour les clients de l’hôtel.

IMG_1293.JPG

Sammi’s Lodge à Foulpointe

Foulpointe, la station balnéaire la plus prisée des vacanciers malgaches voit le nombre de ses établissements hôteliers sans cesse en augmentation. De nouveaux hôtels y sortent effectivement des terres quasi-annuellement, ce qui semble indiquer un essor continu du tourisme national.

IMG_1317.JPG

Parmi les plus récents établissements figure le Sammi’s Lodge qui s’est implanté du côté de Tolongoina. Les clients louent ici soit un bâtiment entier, soit une chambre située au réz-de-chaussée ou à l’étage. Chaque bâtiment peut ainsi accueillir une famille composée de 2 jusqu’à 6 personnes.

IMG_E1312

Les quelques bâtiments de l’hôtel entourent une belle piscine, laquelle est également située juste en bordure du restaurant. Le « vary amin’anana sy kitoza » y est offert comme petit déjeuner. Sammi’s Lodge dispose aussi d’une salle de jeu. Sa singularité réside dans la présence d’une chapelle, dans laquelle se déroule le culte hebdomadaire organisé par le propriétaire du lieu. La connexion Wifi et une télévision satellitaire sont disponibles dans les chambres.

IMG_1308.JPG

Rasamy

 

 

 

Parc de Mitsinjo, concilier conservation et développement à Madagascar

Ma dernière visite à Andasibe, l’un des sites touristiques les plus connus de Madagascar remonte déjà à 2015. Un billet a d’ailleurs été consacré à ce site d’Andasibe sur ce blog. Cette fois, je vous invite à acquérir de plus amples connaissances sur le Parc de Mitsinjo, dans lequel nous venons de passer un agréable moment en compagnie d’un guide local. Le Parc de Mitsinjo fait partie intégrante du massif forestier d’Andasible.

Un lieu idéal pour observer les « babakoto » plus tranquillement

Créé et géré depuis 1999 par une association locale du même nom, le Parc de Mitsinjo est situé juste en face de la Réserve Spéciale Andasibe et du Parc National Mantadia. Ces derniers sont sous la gestion de Madagascar National Park’s (MNP).

IMG_5288

Par rapport aux sites gérés par MNP, le Parc de Mitsinjo est visiblement moins fréquenté. La forêt est donc plus calme, et vous aurez l’occasion d’observer plus tranquillement les lémuriens emblématiques de cette zone, à savoir les Indri indri, sans avoir à partager ce moment de bohneur avec plusieurs autres touristes munis chacun de leurs appareils photographiques en même temps.

Mitsinjo propose plusieurs circuits d’une durée variant d’une à cinq heures. Si vous n’avez pas suffisamment de temps, le plus court circuit qui se fait en deux heures maximum vous permettra déjà de rencontrer au moins un groupe de ces fameux lémuriens appelés localement Babakoto, le plus grand lémurien de Madagascar. Vous  entendrez en même temps leurs cris puissants couvrant toute la forêt. Un groupe étant composé de quelques individus, il vous est même possible de savourer le spectacle offert par un bébé Indri indri s’agrippant sur le dos de sa mère.

IMG_E1383.JPG

D’autres groupes faunistiques peuplent le parc de Mitsinjo mais leur probabilité d’observation dépend beaucoup de l’heure à laquelle vous entamez votre visite. Les oiseaux sont par exemple très actifs et plus facilement repérables tôt le matin. Le parc de Mitsinjo se distingue également par sa richesse en caméléons mais aussi en d’autres reptiles, sans oublier les petits batraciens endémiques malgaches qui se cachent sous les feuilles des pandanus.

IMG_5341.JPG

La plaisir de marcher en forêt

Bien qu’il ne s’agisse en grande partie que d’une forêt secondaire, le parc de Mitsinjo présente toujours des espèces d’arbres typiques de la forêt primaire de l’Est de Madagascar, à l’instar des palissandres. Les différents sentiers du parc ont été aménagés de façon à rendre la visite plus pratique et confortable tout en permettant aux touristes d’apprécier les grandes variétés botaniques du parc.

IMG_E1380

Marcher au milieu de cet environnement naturel procure une sensation de bien être. Cela donne aux visiteurs l’occasion de respirer de l’air pur, de se ressourcer loin des brouhaha des villes tout en pratiquant de l’exercice physique, et ce à une centaine de kilomètres seulement d’Antananarivo, la Capitale de Madagascar.

Les circuits proposés par Mitsinjo incluent la visite du parc des orchidées dont l’association est également en charge conjointement avec Madagascar National Park’s. Vous trouverez ici des espèces endémiques très variées de ces plantes généralement épiphytes. Le long d’un sentier spécialement aménagé autour d’une agréable zone marécageuse, vous pourrez admirer des orchidées dans leur état naturel accompagnées chacune par une planche détaillant leurs caractéristiques floristiques et/ou écologiques.

IMG_E1392.JPG

De l’écotourisme vers le développement durable  

Outre sa vocation de conserver et de valoriser la biodiversité, l’association Mitsinjo vise également à améliorer le niveau de vie de la population riveraine du Parc. L’écotourisme fait déjà vivre une vingtaine de jeunes recrutés localement, travaillant comme guides touristiques. Votre visite contribuera donc davantage à l’amélioration des conditions de vie de ces ménages, mais aussi à la mise en oeuvre des activités de conservation du parc.

IMG_5286.JPG

Parmi les importantes actions de l’association figure la reforestation à travers l’installation de pépinières pour la production de plusieurs dizaines d’espèces autochtones, suivie de leur plantation sur des zones dégradées dans et à l’extérieur du parc. L’une des particularités du parc de Mitsinjo est d’ailleurs l’existence d’un circuit spécifiquement dédié au reboisement par les touristes. Ces derniers peuvent ainsi à la fois faire une randonnée et planter des arbres sur un itinéraire donné.

IMG_5344.JPG

L’autre grand volet du programme de l’association concerne l’éducation environnementale. Pour cela, Mitsinjo reçoit annuellement des centaines d’élèves et d’étudiants issus de différents établissements d’enseignement publics ou privés répartis dans plusieurs régions du pays. Des infrastructures d’accueil simples  sont prévues à cet effet dont une grande salle pouvant servir de dortoir et des abris pour tentes. Ces infrastructures sont équipées d’installations électriques, d’eau potable et de toilettes.

L’Association Mitsinjo a également contribué à la promotion de l’agriculture durable dans sa zone d’intervention à travers la formation des paysans et la diversification des activités génératrices de revenus (miel, fruits, légumes, volailles), etc. Elle dispose en outre d’une boutique pour la vente des produits artisanaux malgaches. Toutes ces actions sont menées parallèlement avec des activités de recherche et de suivi écologique. Bref, nous avons ici un bel exemple de la conciliation entre la conservation de la biodiversité et le développement socio-économique.

Comment intégrer la dimension environnementale dans un grand projet de constructions scolaires?

Après les ingénieurs des bureaux d’études et les responsables ministériels qui ont été chargés de la mise en oeuvre du projet PAUET en 2016, puis les acteurs de la mise en oeuvre du suivi environnemental dans le cadre du projet PRIASO en février 2018, ce sont les ingénieurs recrutés dans le cadre d’un nouveau  projet appelé PAEB qui viennent de suivre une formation en environnement octroyée par l’auteur de ce blog.

Le PAEB ou Projet d’Appui à l’Enseignement de Base  est actuellement en cours de mise en oeuvre au sein du Ministère de l’Education Nationale (MEN), avec l’appui financier de la Banque Mondiale et du Partenariat Mondial pour l’Éducation (GPE). Ce projet vise principalement à améliorer l’apprentissage et la promotion dans les deux premiers sous-cycles de l’enseignement de base à Madagascar.

42450717_2066084973442941_8563700132892114944_o.jpg

Pour cela, le projet comprend quatre composantes principales dont la composante 2 qui consiste essentiellement en la construction de 800 salles de classes équipées de mobiliers scolaires ainsi que l’installation de latrines et des points d’eau. Ces infrastructures scolaires seront prévues pour être installées sur 400 sites répartis dans plusieurs régions de Madagascar.

Ces nouvelles infrastructures devraient bien évidemment contribuer à l’amélioration de la fréquentation scolaire et à la réduction des abandons. Mais certaines activités  liées à leur construction peuvent également générer des impacts négatifs sur les milieux naturel et humain qu’il ne faut pas négliger.

Les préoccupations environnementales et sociales liées à la mise en œuvre des activités de constructions scolaires du PAEB recommandent ainsi l’organisation d’un atelier de renforcement des capacités des acteurs impliqués dans la gestion technique, environnementale et sociale du projet,  et ce conformément aux politiques de sauvegardes environnementale et sociale de la Banque Mondiale.

IMG_1187.jpg

Le projet PAEB a procédé au recrutement de 22 ingénieurs en vue surtout de bien gérer, suivre et contrôler la réalisation de ces travaux de construction d’infrastructures scolaires tant sur le plan technique qu’environnemental.  Ces ingénieurs ainsi que d’autres responsables  du projet PAEB et du MEN au niveau central ont de ce fait suivi une formation relative à l’intégration de la dimension environnementale dans les activités du projet.

Organisé par la Direction du Patrimoine Foncier et des Infrastructures du MEN, cet atelier de formation s’avère être une nécessité pour ces acteurs qui sont confrontés souvent au manque d’expertise quand il s’agit d’élaborer des documents d’évaluation  environnementale des projets ou pour assurer le contrôle et la surveillance afin de voir si les clauses environnementales et sociales sont appliquées correctement par les entreprises titulaires des travaux.

100_6101.JPG

La formation d’une durée de deux jours qui a eu lieu à Mahajanga du 25 au 26 septembre 2018 a poursuivi trois objectifs spécifiques. Premièrement, il s’agit de transmettre aux participants les concepts relatifs aux aspects environnementaux et sociaux  dans le cadre d’un projet de constructions scolaires.

Deuxièmement, le programme de formation ambitionne de familiariser les participants sur les pistes d’intégration de la dimension environnementale durant toutes les phases du projet depuis la phase de préparation  jusqu’à la réception des infrastructures en passant par la phase de contrôle et de surveillance des travaux. Troisièmement,  la formation vise à montrer l’importance du suivi environnemental lors de l’exécution du projet.

42578510_1085859868267797_7847064266661167104_n.jpg

Les premiers modules de la formation ont traité les enjeux environnementaux et sociaux du projet, les méthodes d’identification et d’évaluation des impacts négatifs potentiels et les mesures d’atténuation y afférentes à prendre.

Les modules suivants ont eu trait aux réglementations environnementales nationales applicables au projet ainsi que les directives et les outils de sauvegarde de la Banque Mondiale dont la procédure de sélection environnementale des sous-projets,  les responsabilités de chaque entité durant la phase de mise en œuvre, et les dispositions à prendre selon les documents cadres (CGES et CPRP) du projet.

Les dernières parties du programme consistaient en l’explication des bonnes pratiques environnementales et sociales et le contrôle environnemental sur les chantiers, et surtout la mise en oeuvre du suivi environnemental.